top of page
  • Photo du rédacteurSherina Berreby

Inconforts liés au sommeil : ces étranges phénomènes qui perturbent vos nuits




Insomnie-femme-trouble-du-sommeil-nuit-lit

Il s’en passe des choses quand vous dormez (ou essayez) ! Bruits incongrus, jambes incontrôlables, horloge biologique déréglée… D’étonnants désagréments diurnes peuvent troubler la sérénité de vos nuits. D’après l’Institut National du Sommeil et de la Vigilance, ⅓ des Français sont concernés par un inconfort du sommeil. Mais connaissez-vous vraiment ces maux nocturnes ?


Les insomnies : sommeil quand tu t’en vas…

Si le pluriel est de mise, c’est parce qu’il en existe trois types : l’insomnie de début de sommeil, de maintien de sommeil et de réveil précoce. Difficile de ne pas en avoir connues ponctuellement, ces fameuses nuits blanches à se tourner et retourner dans vos lits. L’insomnie devient chronique lorsqu’elle se produit plus de trois fois par semaine, depuis au moins un mois. Cet inconfort est fréquent puisqu'il touche 16% de la population, dont une majorité de femmes.


Les troubles du rythme circadien : l’horloge est déréglée

Le rythme circadien n’est autre que votre horloge interne qui définit l’alternance veille-sommeil. Lorsque celle-ci est déréglée, vous pouvez connaître soit un retard de phase : vous n’avez pas sommeil avant une heure tardive. Soit une avance de phase : vous peinez à rester éveillé.e dès le début de la soirée.


D’autres maux du rythme circadien sont spécifiques, notamment le syndrome hypernycthéméral qui concerne essentiellement les personnes aveugles (50% d’entre eux), incapables de percevoir l’alternance veille-sommeil. En cause, leur rythme circadien différent des 24h habituelles, puisque le leur avoisine les 25h. Les conséquences de ces inconforts se répercutent souvent au niveau somatique.

Les parasomnies, d’intrigants comportements nocturnes

Il s’agit de manifestations anormales accompagnant le sommeil lent profond ou le sommeil paradoxal.

  • Durant le sommeil lent profond, les plus connues sont le somnambulisme, le bruxisme (grincer des dents), la somniloquie (parler en dormant), les terreurs nocturnes ou l’énurésie (uriner au lit).

  • Le sommeil paradoxal peut apporter son lot d’autres événements tels que le TCSP (mouvements violents), des bruits inarticulés (catathrénie) ou des comportements sexuels inconscients (sexsomnies).

Le plus souvent, ces parasomnies viennent d’une organisation du sommeil perturbée. D’autres fois, elles auraient des origines génétiques; ou seraient liées au stress ou à la fièvre encore.







0 commentaire

Commentaires

Noté 0 étoile sur 5.
Pas encore de note

Ajouter une note
bottom of page