Rechercher
  • Marie Kacouchia

Tout savoir sur le Syndrome Prémenstruel (SPM)


Irritabilité, fatigue, ballonnement abdominal, seins sensibles et gonflés… sont le lot de millions de femmes chaque mois. Parfois sans le savoir, ces femmes souffrent du Syndrome Prémenstruel (SPM).


Ces manifestations ont une gravité plus ou moins importante et certaines d'entre elles peuvent s’avérer très handicapantes. Cela n’est cependant pas une fatalité et des solutions existent pour atténuer les effets du SPM.


Traditionnellement, il est recommandé d’utiliser une source de chaleur (patch chauffant ou une bouillotte) pour calmer la douleur provoquée par les contractions de l’utérus mais aussi de réduire sa consommation de sel pour éviter les ballonnements.


Pour une action plus globale et efficace, une solution existe : le Gattilier. Cette plante millénaire, aux vertus reconnues par l'OMS, gagne à être connue. Elle est originaire d’Europe méridionale, d’Afrique du Nord et de France.


Dans cet article, Kehna Benhaiem, Docteure en pharmacie et Docteure en pathologies humaines, spécialisée en nutrition et phytothérapie et membre du Comité Scientifique de Cuure répond à nos questions à ce sujet.


Sommaire :

  • Qu’est-ce que le syndrome prémenstruel ?

  • Quelles en sont les manifestations ?

  • Toutes les femmes sont-elles touchées ?

  • L’âge est-il un facteur déterminant ?

  • Est-ce une fatalité ?

  • Quels sont les bienfaits et spécificités du Gattilier ?

Qu’est-ce que le syndrome prémenstruel ?


Le syndrome prémenstruel (SPM) est un terme regroupant l’ensemble des manifestations à la fois physiques et psychiques pouvant survenir jusqu’à 10 jours avant les règles et qui peuvent disparaître quelques heures après la survenue des menstruations.


Quelles en sont les manifestations ? Le diagnostic du SPM repose uniquement sur les symptômes. L’intensité des manifestations du SPM peut varier d’un cycle menstruel à un autre et d’une femme à une autre. Le SPM est caractérisé par des symptômes tels que : sensibilité des seins, ballonnements, prise de poids, gonflement des mains et des pieds, irritabilité, sensations de pesanteur pelvienne, lombalgies, fatigue intense, anxiété. Des signes moins fréquents et moins spécifiques peuvent être rencontrés: vertiges, céphalées, palpitations, vomissements, nausées, constipation, acné ou dermatoses…

Toutes les femmes sont-elles touchées ?


L’intensité des manifestations varie d’un cycle à un autre mais aussi d’une femme à une autre. 20% à 50% des femmes en âge de procréer ont un SPM et 5% ont une forme grave du SPM, appelé trouble dysphorique prémenstruel qui survient plutôt pendant la seconde moitié du cycle menstruel avec des symptômes suffisamment lourds pour perturber les activités quotidiennes.


L’âge est-il un facteur déterminant ?


Il y a certaines périodes de la vie où la femme peut être plus sujette au SPM et qui correspondent à un déséquilibre hormonal lié à un manque de progestérone: à la puberté où les ovaires ne sécrètent que de l’oestrogène puis à la préménopause, où la progestérone va cesser petit à petit d’être sécrétée.


Est-ce une fatalité ?


Les causes du SPM sont multifactorielles: psychologique, alimentation, sport, tabac, stress...peuvent être une des causes. Un déficit en magnésium peut être constaté lors d’un SPM. Il pourrait être intéressant d’associer une plante à visée progestative comme le Gattilier avec du magnésium, pour son action sur le métabolisme des acides gras et des neuromédiateurs, associé à de la vitamine B6.


Quels sont les bienfaits et spécificités du Gattilier ?


Le Gattilier vient du nom latin Vitex agnus castus qui signifie vierge, pour lier, agnus qui empêche la procréation et castus qui veut dire chaste autrement dit c’est une plante qui diminue le désir sexuel (anaphrodisiaque). Plante originaire de la Méditerranée et de l’Asie, elle a fait l’objet de nombreuses études en tant que régulateur hormonal. Dans ses fruits, cette plante contient des flavonoïdes et des iridoïdes et plus récemment, une molécule dopaminergique qui bloquerait la prolactine, hormone sécrétée par l’hypophyse et responsable du déséquilibre du cycle menstruel a été découverte.




Bibliographie


Lanza di Scalea T, Pearlstein T: Premenstrual dysphoric disorder. Med Clin North Am 103 (4):613–628, 2019. doi: 10.1016/j.mcna.2019.02.007.


Henz A, Ferreira CF, Oderich CL, Gallon CW, Castro JRS, Conzatti M, Fleck MPA, Wender MCO. Premenstrual Syndrome Diagnosis: A Comparative Study between the Daily Record of Severity of Problems (DRSP) and the Premenstrual Symptoms Screening Tool (PSST). Rev Bras Ginecol Obstet. 2018 Jan;40(1):20-25. English. doi: 10.1055/s-0037-1608672. Epub 2017 Nov 13. PMID: 29132173.


Rocha Filho, Edilberto A et al. “Essential fatty acids for premenstrual syndrome and their effect on prolactin and total cholesterol levels: a randomized, double blind, placebo-controlled study.” Reproductive health vol. 8 2. 17 Jan. 2011,


Meier B (1999) Probleme des Standardisierung phramazeutischer Zubereitungen. Z Phytother 20:145


Wichtl M, Anton R (2003) Plantes thérapeutiques, tradition, pratique officinale, science et thérapeutique. 2 éd, EMInter/Tec & Doc éditions, Paris


Hirobe C, Qiao ZS, Takeya K, et al (1997) Cytotoxic flavonoids from Vitex agnus-castus. Phytochemistry 46:521–4


Hajdú Z, Hohmann J, Forgo P, et al (2007) Diterpenoids and flavonoids from the fruits of Vitex agnus-castus and antioxidant activity of the fruit extracts and their constituents. Phytother Res 21:391–4


Jarry H, Leonhardt S, Gorkow C, et al (1994) In vitro prolactin but not LH and FSH release is inhibited by compounds in extracts of agnus-castus: direct evidence for a dopaminergic principle by the dopamine receptor assay. Exp Clin Endocrinol 102:448–54

Posts récents

Voir tout