Rechercher
  • Lydia Djender

Santé féminine : comment se préserver des cystites ?

Entre douleurs et brûlures, les infections urinaires constituent une véritable source d’angoisse et de gêne. Cela a pour conséquence d'entraver énormément le confort intime quotidien.


Parmi ces infections, les cystites sont les plus retrouvées et peuvent toucher tout le monde. Cependant, elles sont beaucoup plus fréquentes chez les femmes. En effet, chaque année, près de deux millions de femmes sont impactées en France.


Nous vous expliquons pourquoi et comment soulager les symptômes.

Qu’est-ce qu’une cystite ?


La cystite est une inflammation de la vessie. Elle peut être d’origine non infectieuse, ou bien infectieuse, le plus souvent par la bactérie Escherichia coli, que nous expliquerons plus en détails. Celle-ci provoque de grosses douleurs au niveau de la vessie, des envies urgentes et fréquentes d’uriner sans forcément y parvenir, des fortes brûlures en urinant et des odeurs inhabituelles.


Les femmes sont donc principalement atteintes par ces inconforts pour des raisons anatomiques. En effet, elles présentent un urètre (canal excréteur de l'urine reliant la vessie à l'extérieur) beaucoup plus court comparé à l’homme.


Cette courte distance favorise le déplacement des germes issus de l’orifice anal, en remontant beaucoup plus facilement de l’extérieur jusqu'à la vessie, car plus accessible. Une fois arrivés à celle-ci, ils prolifèrent et engendrent une infection avec inflammation, et en découlent les symptômes cités.


La bactérie Escherichia coli est très commune chez l’humain, car elle est grandement présente dans notre organisme sous forme non pathogène au niveau du système digestif, et fait même partie de la flore intestinale.


Elle est également retrouvée au niveau des selles et donc potentiellement à proximité de l’orifice urinaire, ce qui explique les plus grandes probabilités d'infection chez la femme. Et ça l'est d’autant plus, lorsque les défenses immunitaires sont affaiblies. Bien entendu, E. coli n’est pas l’unique responsable, il existe d’autres souches bactériennes ou des parasites moins fréquents pouvant également en être la cause.

Ces infections ne sont pas anodines, il a été observé que près d’une femme sur deux peut rencontrer au cours de sa vie un ou plusieurs épisodes de cystite, particulièrement :

  • En début d’activité sexuelle

  • Lors d’une grossesse, car la vessie étant compressée par l’utérus, cela crée une sorte d’obstacle et induit un ralentissement de l’écoulement urinaire (stase urinaire) et une mauvaise évacuation

  • En post-ménopause en raison de la chute des œstrogènes et fragilisation de la vessie avec l’âge.


Comment se préserver des troubles urinaires ?


Sachant que le confort intime occupe une place centrale quand on parle de bien-être et de santé, Cuure à décidé d’accompagner les femmes afin d’améliorer leur quotidien et de les préserver des risques de troubles urinaires, surtout pour celles qui y sont très sujettes. Cela en développant un complément alimentaire à base de Cranberry. Il s’agit d’une baie ayant des vertus scientifiquement validées et reconnues, en raison de ces fortes teneurs en composés phytochimiques, des molécules végétales naturellement présentes chez les plantes, fruits et légumes : les flavonoïdes, les anthocyanines, les flavanols et les proanthocyanidines. Ces molécules sont capables de limiter, voire d’inhiber la fixation des bactéries Escherichia coli sur les parois intérieures de la vessie, réduisant ainsi les risques de troubles urinaires.


La Cranberry de Cuure est récoltée en Amérique du Nord d’où elle est originaire. Elle est brevetée (PACRAN®) et optimisée pour la santé urinaire. Son efficacité réside dans sa composition qui réunit à la fois les actifs de la pulpe, des graines et de la peau du fruit. Elle est également vegan, sans gluten et sans lactose.


Néanmoins, la Cranberry ne remplace pas les traitements antibactériens d’attaque. C’est pourquoi, il reste indispensable de consulter votre médecin dès que les symptômes apparaissent pour éviter toutes complications des reins notamment (pyélonéphrite).


Nos conseils pour limiter les troubles urinaires


Comme évoqué, la Cuure de Cranberry constitue une très bonne protection contre les troubles urinaires. Parallèlement à cela, il est nécessaire de veiller à associer à celle-ci des gestes quotidiens indispensables pour optimiser la protection intime :

- Avoir une bonne hydratation quotidienne avec au moins 2l d’eau par jour.

- Adopter une bonne hygiène intime (sans être excessive non plus) en se nettoyant de l’avant vers l’arrière limite la propagation des bactéries.

- Enfin, il faut également éviter de retenir son urine, surtout après un rapport sexuel.


Sources : [1] Liu, H., , Howell, A. B., , Zhang, D. J., , & Khoo, C., (2019). A randomized, double-blind, placebo-controlled pilot study to assess bacterial anti-adhesive activity in human urine following consumption of a cranberry supplement. Food & function, 10(12), 7645–7652.

[2] Vidal. (2020). Infection urinaire - symptômes, causes, traitements et prévention. Consulté en 2021 sur : https://www.vidal.fr/maladies/reins-voies-urinaires/infection-urinaire-cystite.html

[3] Amélie. (2021). Cystite : symptômes et causes. Consulté en 2021 sur https://www.ameli.fr/assure/sante/themes/cystite/reconnaitre-cystite

0 commentaire