Rechercher
  • kenza58

Focus sur le Chrome

Le Chrome est un nutriment et plus précisément un oligo-élément qui joue un rôle essentiel dans le métabolisme des glucides et des lipides. Découvert en 1957, le chrome était encore un facteur inconnu extrait de la levure de bière. Appelé d’abord facteur de tolérance au glucose, il a démontré une amélioration dans la gestion du métabolisme du glucose. Aujourd’hui le chrome est largement recommandé pour ses bienfaits sur la santé du fait qu’il potentialise l’action de l’insuline et rétablit ainsi une tolérance normale de l’organisme au glucose.


Bienfaits du Chrome :

  • Contribue au métabolisme normal des glucides

  • Contribue au métabolisme normal des lipides

  • Contribue au maintien d'une glycémie normale



Sommaire :

  • Qu’est ce que le Chrome ?

  • Les Bienfaits du Chrome

  • Les aliments sources de Chrome

  • Le Chrome Cuure

  • Posologie du Chrome

  • Contre-indications


Qu’est ce que le Chrome ?


Le chrome est un minéral. Il est appelé "oligo-élément essentiel" car de très petites quantités de chrome sont nécessaires à la santé humaine. Il existe deux formes de chrome : le chrome trivalent et le chrome hexavalent. Le premier se trouve dans les aliments ou les compléments alimentaires. Le second est un sous-produit toxique de l'acier inoxydable que l’on retrouve dans la pollution industrielle.


Le chrome alimentaire est principalement connu pour son rôle dans le métabolisme des glucides, des protéines et des graisses. Il contribue également à réduire la résistance à l'insuline, qui est notamment un précurseur du diabète. Ainsi, le contrôle de la glycémie et du diabète, la santé cardiaque, la gestion du poids et la santé du cerveau sont autant de bienfaits connus du chrome. [1]


Bienfaits du Chrome


Action sur le métabolisme des glucides


Le chrome peut contribuer à renforcer le rôle de l'insuline, l'hormone essentielle qui contrôle la glycémie et aide à faire entrer le glucose dans les cellules où il est utilisé pour l'énergie corporelle. Le chrome favorise également un métabolisme et un stockage sain des nutriments dans tout l'organisme, puisqu'il permet une meilleure absorption et distribution des glucides, des lipides et des protéines. [2]


Le diabète de type 2, souvent associé à l'obésité, à la dyslipidémie (une élévation du taux de lipides et lipoprotéines dans le sang) et aux anomalies cardiovasculaires, est un problème de santé majeur qui prend des proportions épidémiques à l'échelle mondiale. La résistance à l'insuline, un état prédiabétique, précède l'apparition d'un diabète de type 2 et offre des possibilités d'intervention précoce pour traiter la maladie. Bien que les modifications du mode de vie et l'exercice physique puissent réduire l'incidence du diabète, l'observance du traitement s'est avérée difficile, ce qui justifie des interventions pharmacologiques. Cependant, la plupart des médicaments actuellement disponibles qui améliorent la sensibilité à l'insuline ont des effets indésirables. C'est pourquoi les compléments alimentaires constituent des stratégies intéressantes pour atténuer la résistance à l'insuline. L'un de ces compléments est le chrome, qui s'est avéré réduire la résistance à l'insuline dans certaines études. [3] [4]


Pour rappel, chez les personnes en bonne santé, l'hormone insuline joue un rôle important en signalant à l'organisme de faire entrer le glucose présent dans la circulation sanguine dans les cellules du corps. Chez les personnes atteintes de diabète, la réponse normale de l'organisme à l'insuline est perturbée. Plusieurs études ont indiqué que la prise de suppléments de chrome peut améliorer la glycémie des personnes atteintes de diabète. [5]


Une étude menée par le Human Nutrition Research Center U.S. Department of Agriculture a révélé que lorsque des personnes traitées pour un diabète de type 2 recevaient chaque jour, pendant quatre mois, soit un placebo, soit des suppléments de chrome, tout en continuant à prendre leurs médicaments habituels et sans changer leurs habitudes alimentaires, les valeurs d'insuline et les taux de cholestérol diminuait de manière significative dans le groupe recevant des compléments de chrome par rapport au groupe placebo. [6]


Action sur le métabolisme des lipides


Le chrome est également nécessaire au métabolisme normal des graisses, dont le cholestérol. Les recherches montrent un lien entre un apport plus élevé en chrome et des artères et des niveaux de cholestérol sanguin plus sains. Pour déterminer si le picolinate de chrome est efficace ou non chez l'homme une étude a été réalisé sur 28 sujets volontaires qui ont reçu soit du picolinate de chrome, 200 µg de chrome par jour, soit un placebo pendant 42 jours dans le cadre d'une étude croisée en double aveugle. Une période de 14 jours sans prise de compléments a été utilisée entre les traitements. Les taux de cholestérol total, de cholestérol à lipoprotéines de basse densité (LDL) et d'apolipoprotéine B, la principale protéine de la fraction LDL, ont diminué de manière significative tout au long de la cure du picolinate de chrome. [7] [8]


Aide à maintenir la santé du cerveau et à lutter contre le déclin cognitif


Des études récentes soulignent le rôle d'une réponse insulinique saine dans le maintien de la santé du cerveau et des fonctions cognitives jusqu'à un âge avancé. Le chrome étant capable d'améliorer les niveaux de glucose et la réponse insulinique, il peut agir comme un modulateur bénéfique de la fonction cérébrale et est associé à une réduction des altérations du cerveau liées à l'âge.


Plus précisément, le chrome est lié à des fonctions hypothalamiques plus saines. L'hypothalamus est extrêmement important, il s'agit d'une partie centrale du système nerveux autonome qui aide à contrôler la température corporelle, la soif, la faim, le sommeil et l'activité émotionnelle. Les recherches suggèrent que le chrome peut aider à maintenir l'hypothalamus dans un état plus jeune, à mieux réguler l'appétit chez les adultes âgés et à prévenir les effets négatifs sur les neurones du cerveau causés par le vieillissement. [9]


De nombreuses autres parties du cerveau peuvent également bénéficier de niveaux plus élevés de chrome, notamment la glande pinéale et le thymus, qui sont également affectés par le contrôle de l'insuline.


Les aliments sources de Chrome


La principale raison pour laquelle la carence en chrome est si rare est que ce nutriment se trouve en abondance dans les fruits, les légumes, les céréales et la viande - et même dans le vin ou la bière. Les aliments sources de chrome sont notamment le brocoli, les haricots verts, les pommes de terre, les pommes, les bananes, les céréales complètes, les pois, le fromage, le maïs, le raisin, le bœuf et la volaille. Vous pouvez également trouver du chrome dans l'ail, le basilic, la dinde, les patates douces. La levure de bière restant la source alimentaire la plus concentrée en chrome (une cuillère à soupe contient jusqu'à 60 µg.


Cependant, les quantités de chrome présentes dans ces aliments varient considérablement en fonction des conditions locales du sol et de l'eau, ainsi que des procédés agricoles et de fabrication utilisés pour les produire. Par exemple, la quantité de chrome peut être multipliée par 50 dans des échantillons de farine d'avoine en raison des différences de culture et de traitement.


Aussi, les régimes riches en sucres simples - dans lesquels les sucres simples représentent plus de 35 % de l'apport calorique - peuvent réduire l'absorption du chrome. Au contraire, les fruits et légumes contenant de la vitamine C et de la niacine, une vitamine B présente dans la viande, la volaille, le poisson et les céréales, peuvent améliorer l'absorption du chrome.


Le Chrome Cuure


Nous avons choisi d'utiliser du Picolinate de Chrome, forme la plus biodisponible et donc la mieux assimilée par l'organisme. Chaque gélule apporte la dose efficace de 185 µg de Chrome par jour, permettant le maintien d'une glycémie normale. Notre formule ne contient que du Chrome et de l'amidon de riz biologique, sans aucun autre additif ou excipient.


Posologie du Chrome


Les doses recommandées de chrome sont de 50 à 200 µg de chrome par jour sachant que l’apport alimentaire est en moyenne de 25 µg par jour. [10]


Précautions à prendre avec le chrome


Selon VIDAL, les femmes enceintes et allaitantes doivent éviter d’ingérer plus de 200 µg de chrome par jour. La plupart des effets indésirables graves pouvant être décrits (problèmes musculaires, troubles rénaux, anémie...) ont été observés à des doses supérieures à 1 200 µg par jour. Attention, chez les personnes diabétiques la prise de compléments de chrome doit impérativement être faite sous contrôle médical. [11]



Sources :


[1] Mertz, W. (1993). Chromium in human nutrition: a review. The Journal of nutrition, 123(4), 626-633.


[2] Pei, D., Hsieh, C. H., Hung, Y. J., Li, J. C., Lee, C. H., & Kuo, S. W. (2006). The influence of chromium chloride–containing milk to glycemic control of patients with type 2 diabetes mellitus: a randomized, double-blind, placebo-controlled trial. Metabolism, 55(7), 923-927.


[3] Broadhurst, C. L., & Domenico, P. (2006). Clinical studies on chromium picolinate supplementation in diabetes mellitus—a review. Diabetes technology & therapeutics, 8(6), 677-687.


[4] Anderson, R. A., Cheng, N., Bryden, N. A., Polansky, M. M., Cheng, N., Chi, J., & Feng, J. (1997). Elevated intakes of supplemental chromium improve glucose and insulin variables in individuals with type 2 diabetes. Diabetes, 46(11), 1786-1791.


[5] Cefalu, W. T., Rood, J., Pinsonat, P., Qin, J., Sereda, O., Levitan, L., ... & Newcomer, B. (2010). Characterization of the metabolic and physiologic response to chromium supplementation in subjects with type 2 diabetes mellitus. Metabolism, 59(5), 755-762.


[6] Wang, Z. Q., & Cefalu, W. T. (2010). Current concepts about chromium supplementation in type 2 diabetes and insulin resistance. Current diabetes reports, 10(2), 145-151.


[7] Press, R. I., Geller, J., & Evans, G. W. (1990). The effect of chromium picolinate on serum cholesterol and apolipoprotein fractions in human subjects. Western Journal of Medicine, 152(1), 41.


[8] Seif, A. A. (2015). Chromium picolinate inhibits cholesterol-induced stimulation of platelet aggregation in hypercholesterolemic rats. Irish Journal of Medical Science (1971-), 184(2), 291-296.


[9] McCarty, M. F. (1994). Longevity effect of chromium picolinate—‘rejuvenation’of hypothalamic function?. Medical hypotheses, 43(4), 253-265.


[10] Vincent, J. B. (2000). The biochemistry of chromium. The Journal of nutrition, 130(4), 715-718.


[11] Vidal - Complément alimentaire Chrome (2014)


0 commentaire