Rechercher
  • kenza58

Focus sur l’Acérola

Les bienfaits de l'acérola ne sont pas une découverte récente. Les Indiens d'Amazonie ont été les premiers à remarquer le potentiel bénéfique de ce superfruit. Ils en consommaient notamment pour lutter contre certaines formes de diarrhée, de dysenterie (maladie infectieuse du côlon) et de troubles hépatiques.


Dès leur arrivée en Amérique du Sud, les conquistadors espagnols ont développé un vif intérêt pour les propriétés de l'acérola. Les marins ont rapidement pris l'habitude d'en boire le jus pour prévenir une maladie courante à bord : le scorbut. Au fil des siècles, cette maladie mortelle due à une carence en vitamine C a disparu, mais les bienfaits de l'acérola continuent de faire de lui un véritable superaliment.



Bienfaits de l’Acérola :

  • Contribue à la protection des cellules contre les radicaux libres

  • Contribue à protéger les cellules et les tissus de l'oxydation

  • Aide à renforcer les défenses naturelles de notre organisme contre le stress oxydatif

  • Contribue à réduire la fatigue

  • Protège contre la pigmentation de la peau induite par les UVB


Sommaire :

  • Qu’est ce que l’Acérola ?

  • La composition nutritionnelle de l’Acérola

  • Les Bienfaits de l’Acérola

  • Les Aliments sources de Vitamine C

  • L’Acérola Cuure

  • Posologie de l’Acérola


Qu’est ce que l’Acérola ?


L'acérola (Malpighia emarginata DC.), également connu sous le nom de cerise de la Barbade ou cerise des Antilles, appartient à la famille des Malpighiaceae. Ce fruit exotique est connu pour être l'une des sources naturelles d'acide ascorbique les plus riches au monde.


L'arbuste à feuilles persistantes de l'acérola pousse dans les climats chauds et tropicaux. Il pousse depuis le sud du Texas, en passant par le Mexique et l'Amérique centrale, jusqu'au nord de l'Amérique du Sud et dans l'ensemble des Caraïbes.


L'arbre fleurit d'avril à novembre et les fruits mûrissent en 3 à 4 semaines après la floraison. Les fruits sont petits (1 à 4 cm de diamètre) et pèsent entre 2 et 15 grammes, leur peau est verte au stade immature de la maturation qui passe au rouge-orange et à une couleur finale rouge vif à la maturation. Bien que la douceur du fruit change selon la variété, à l'exception de quelques variétés qui sont sucrées, la plupart d'entre elles sont assez acidulées. [1]


La composition nutritionnelle de l’Acérola


Ce fruit est connu et consommé dans l'alimentation ou en complémentation pour sa richesse en vitamine C. En effet, historiquement il était utilisé pour prévenir les carences en vitamine C et les affections connexes telles que le scorbut. La consommation d'environ trois petits fruits d'acérola par jour peut satisfaire les besoins en vitamine C d'un adulte.


L'acérola fournit également un antioxydant important, la vitamine A. Vous trouverez à peu près la même quantité de vitamine A dans le fruit de l'acérola que dans les carottes, qui sont bien connues pour être l'une des plus grandes sources de vitamine A.

Il est également composé de petites quantités de vitamines B, de magnésium, de potassium, de cuivre, de zinc et de fer.


L’acérola est aussi riche en composés flavonoïdes polyphénoliques connus sous le nom de glycosides d'anthocyanine, qui fournissent le pigment du fruit et son potentiel antioxydant. Les anthocyanes sont les antioxydants responsables de la couleur rouge, violette ou bleue de nombreux fruits. C'est pourquoi ces composés sont plus concentrés dans la peau des fruits. [2]


Les Bienfaits de l'Acérola


Les bienfaits de l’Acérola sont divers et principalement dû à la composition de l’Acérola, principalement pour sa richesse en antioxydants, en vitamine C et A.

La vitamine C joue en effet un rôle clé dans la biosynthèse du collagène, de la carnitine, des neurotransmetteurs, des corticoïdes et des catécholamines ainsi que dans la synthèse et l'entretien des tissus, y compris la formation des os, des dents et des muscles.(Araujo et Minami, 1994 ; Naidu, 2003) [3]


Pouvoir antioxydant


La vitamine C contenu dans l’Acérola agit en tant que cofacteur pour la synthèse de protéines et d’hormones dans l’organisme et aussi comme capteur de radicaux libres afin de combattre le stress oxydatif dans l'organisme. En effet, l’Acérola possède une matrice complexe d'antioxydants, les scientifiques suggèrent que la capacité antioxydante totale de l'acérola est due à l'action synergique des différents phytonutriments la composant.


Divers facteurs peuvent entraîner un stress oxydatif (le stress, la pollution, l’alimentation, une activité physique intense etc…), et le stress oxydatif peut quant à lui entraîner des dommages tissulaires importants si le stockage des antioxydants dans l'organisme est insuffisant.


Les régimes à haute glycémie sont définis comme étant composés d'aliments de faible qualité, riches en graisses saturées, en sucre raffiné et pauvres en micronutriments, et sont associés à une augmentation des espèces réactives de l'oxygène (ROS), ou composés pro-oxydants dans le corps. Dans une étude portant sur des rats nourris avec un régime à haute glycémie, les scientifiques ont constaté qu'une supplémentation en Acérola réduisait les dommages oxydatifs induits par le régime alimentaire, sur les reins, le foie, le cœur et le cerveau. [4]


Soutient le système immunitaire


L'Acide ascorbique (AA) est important dans toutes les conditions de stress qui sont liées aux processus inflammatoires et qui impliquent l'immunité. On sait depuis des décennies que la persistance d'un stimulus inflammatoire est responsable de l'apparition de nombreuses maladies. L'AA est essentiel pour stimuler le système immunitaire en augmentant la force et la protection de l'organisme. Par conséquent, ses rôles immunostimulant, anti-inflammatoire, antiviral et antibactérien sont bien connus. [5]


Participe à la synthèse de la carnitine musculaire


L'acide ascorbique est essentiel pour la synthèse de la carnitine musculaire (β-hydroxy butyric acid). La carnitine est nécessaire au transport et au transfert des acides gras dans les mitochondries où elle peut être utilisée pour la production d'énergie. L'acide ascorbique agit comme cofacteur pour les hydroxylations impliquées dans la synthèse de la carnitine. De plus, l'acide ascorbique agit comme cofacteur de l'enzyme dopamine-β-hydroxylase, qui catalyse la conversion du neurotransmetteur dopamine en norépinéphrine. L'acide ascorbique est donc essentiel pour la synthèse des catécholamines. En outre, l'acide ascorbique catalyse d'autres réactions enzymatiques impliquant une amidation nécessaire à l'activité maximale des hormones ocytocine, vasopressine, cholécystokinine et alpha-mélanotripine


De nombreux bienfaits pour la santé ont été attribués à l'acide ascorbique, notamment une activité antioxydante, anti-athérogène et anti-cancérigène. La relation entre l'acide ascorbique et le cancer est encore discutable, car le mécanisme moléculaire qui sous-tend l'activité anticancérigène de l'acide ascorbique n'est pas clairement élucidé. [6] [7]


Les aliments sources de vitamine C


Une étude a été réalisée afin de comparer la concentration de vitamine C (notamment sous la forme d’acide ascorbique) et de caroténoïdes (sous la forme de lycopène et de β-carotène) entre trois fruits issus de l'agriculture biologique et conventionnelle. L’objectif étant d’observer quel fruit était le plus riche en ces principes actifs mais également si le mode de culture du fruit joue un impact sur la concentration en nutriment.

La conclusion de l’étude fut que l'acérola biologique présentait une concentration plus élevée d'acide ascorbique et plus généralement de vitamine C totale : 4023,39 mg/100 g en agriculture biologique contre 2294,53 mg/100 g en agriculture conventionnelle. [8]


L’Acérola Cuure


Notre Acérola est issu d'une agriculture biologique et responsable au Brésil, dans des exploitations agricoles à taille humaine dans les États de Pernambuco, Ceara et Sergipe. La récolte est réalisée à la main et avec le plus grand savoir-faire : seules les baies vertes sont cueillies car c'est à ce moment-là que leur teneur en vitamine C et en phytonutriments est la plus élevée. Les fruits sont ensuite broyés et concentrés en Suisse, pour donner un extrait optimisé hautement dosé en vitamine C (32% contre 17% dans la plupart des extraits retrouvés sur le marché). Ainsi, un seul comprimé de notre Acérola contient 250 mg de vitamine C, et ce sans ajout de vitamine C artificielle.

Posologie de l’Acérola


Un surdosage d'acérola peut entraîner des troubles digestifs. Veillez à ne pas consommer différents compléments alimentaires de vitamine C simultanément.


Sources :


[1] Pollyanna C. Cardoso, Ana Paula B. Tomazini, Paulo C. Stringheta, Sônia M.R. Ribeiro, Helena M. Pinheiro-Sant’Ana - Vitamin C and carotenoids in organic and conventional fruits grown in Brazil - Food Chemistry - Volume 126, Issue 2, 2011.


[2] Maria do Socorro, M. R., Alves, R. E., de Brito, E. S., Pérez-Jiménez, J., Saura-Calixto, F., & Mancini-Filho, J. (2010). Bioactive compounds and antioxidant capacities of 18 non-traditional tropical fruits from Brazil. Food chemistry, 121(4), 996-1002.


[3] Manogna, C., Bhaumik, A., Haritha, T., Nasreen, S., Sucharitha, M., & Uttara, M. (2016). Evaluation of cytotoxic activity of various extracts of sweet cherry (Prunus avium) against human colorectal adenocarcinoma HT-29 cell line. Int J Chem Stud, 4, 17-21.


[4] Araújo, P. D., & Minami, K. (1994). Acerola. Campinas: Fundação Cargill, 81.


[5] Naidu, K. A. (2003). Vitamin C in human health and disease is still a mystery? An overview. Nutrition journal, 2(1), 7.


[6] Leffa, D. D., da Silva, J., Petronilho, F. C., Biélla, M. S., Lopes, A., Binatti, A. R., ... & Andrade, V. M. (2015). Acerola (Malpighia emarginata DC.) juice intake protects against oxidative damage in mice fed by cafeteria diet. Food Research International, 77, 649-656.


[7] Hulse, J. D., Ellis, S. R., & Henderson, L. M. (1978). Carnitine biosynthesis. beta-Hydroxylation of trimethyllysine by an alpha-ketoglutarate-dependent mitochondrial dioxygenase. Journal of Biological chemistry, 253(5), 1654-1659.


[8] Cameron, E., & Pauling, L. (1973). Ascorbic acid and the glycosaminoglycans. Oncology, 27(2), 181-192.

0 commentaire