top of page
  • Lisa Choquet

Comprendre son cycle menstruel pour une meilleure santé


microbiome-vaginal

Le cycle menstruel est un processus qui dépend de fluctuations hormonales subtiles, mais qui pourtant régissent le corps féminin… Les hormones clés impliquées dans la régulation du cycle sont les oestrogènes, la progestérone, la LH et la FSH. Le cycle se compose de trois phases distinctes, chacune associée à des changements physiques et émotionnels qui peuvent varier d'une femme à l'autre. En comprenant ces fluctuations hormonales, les femmes peuvent mieux comprendre leur corps et leur cycle, et ainsi avoir un impact sur leur bien-être général !



Quelles sont les hormones qui régissent le cycle menstruel ?

Premièrement, il est important de comprendre que le cycle menstruel est orchestré par des variations hormonales. On compte 4 hormones responsables :


Les oestrogènes :


Les oestrogènes sont des hormones sexuelles féminines (même si les hommes en produisent également dans les testicules) produites par les ovaires, et plus précisément par les follicules ovariens. Leur mission principale est de réguler le cycle menstruel en rendant l’endomètre (la paroi de l’utérus) plus épais lors du cycle afin de recevoir un ovule fécondé.


La progestérone :


Cette hormone est produite par le corps jaune, qui est le reste du follicule après la libération de l’ovule lors de l’ovulation. Le rôle de la progestérone au cours du cycle est de préserver l’endomètre et de favoriser l’implantation de l’ovule fécondé.


La LH :


L’hormone lutéinisante (LH) est une hormone hypophysaire (produite dans l’hypophyse, petite glande située à la base du cerveau). Durant le cycle, cette hormone va permettre de déclencher l’ovulation et la libération de l’ovule.


La FSH :


L’hormone folliculo-stimulante (FSH) est également produite dans l’hypophyse. Comme son nom l’indique, son rôle est de stimuler les follicules de l’ovaire pour les amener à maturité.



Les 3 étapes du cycle menstruel

Le cycle menstruel est la période comprise entre le premier jour des règles et le premier jour des règles suivantes. La durée moyenne d’un cycle est de 28 jours, mais en réalité, il se situe plutôt entre 24 et 38 jours. En effet, seulement 10 à 15 % des femmes ont un cycle durant exactement 28 jours. Il peut également arriver que les cycles ne soient pas réguliers, ce qui est le cas pour 20 % des femmes. Ce phénomène n’est pas très grave s' il reste occasionnel, mais si la durée de votre cycle est constamment en dehors de la fourchette (entre 24 à 38 jours), il est recommandé de consulter un médecin.



  1. La phase folliculaire (avant la libération de l’ovule)


Cette phase commence le premier jour des règles et se termine par le début de l’ovulation (soit jusqu’au 14ème jour du cycle).


Lors de la phase folliculaire, les ovaires se préparent à libérer un ovule. En réponse aux niveaux faibles d'œstrogènes et de progestérones à cet instant-là, l'hypophyse (dans le cerveau) commence à produire de la FSH. La FSH va alors stimuler la croissance des follicules producteurs d'œstrogènes.

En même temps, la paroi de l'utérus s'épaissit en vue de l'accueil d’un ovule fécondé. Lorsque les niveaux d'œstrogènes atteignent un certain seuil, la production de FSH diminue.


Les ressentis possibles :


Au début de la phase folliculaire, il est possible de ressentir des migraines, notamment chez la femme sujettes aux migraines hormonales, en raison des niveaux bas d'œstrogènes.

Les œstrogènes peuvent stimuler la libido à ce stade du cycle, puisque le corps est programmé pour favoriser la grossesse. Cela peut également se traduire par une augmentation des pertes vaginales.

Vers la fin de cette phase, il est aussi fréquent de constater un gonflement des seins.



  1. Phase ovulatoire ou ovulation (libération de l’ovule)


Cette phase se produit aux alentours du 14ème jour du cycle menstruel.


À la fin de la phase folliculaire, l’ovulation se prépare. L’ovule est libéré lorsque le follicule mature produit beaucoup d’oestrogènes, ce qui va pousser l’hypophyse à libérer la LH. L’ovule met ensuite environ 24 heures à atteindre les trompes de Fallope de l’utérus, là où il doit être fécondé.

Un ovule peut survivre entre 24 et 48 heures, alors que les spermatozoïdes ont une durée de vie pouvant aller jusqu’à 5 jours.



Les ressentis possibles :


La température du corps peut augmenter d'environ 0,5 degré Celsius juste après l'ovulation, car cela crée des conditions plus favorables pour la survie des spermatozoïdes.

Lors de l’ovulation, le col de l'utérus s'ouvre légèrement et le flux sanguin augmente pour permettre l'accueil des spermatozoïdes, ce qui peut également entraîner un changement dans la couleur des pertes vaginales, qui deviennent plus blanchâtres.



  1. La phase lutéale


La phase lutéale débute lorsque l’ovule est libéré, soit entre le 14ème et le 16ème jour du cycle menstruel.


Après l’ovulation, l’ovule laisse derrière lui son enveloppe (appelée le “corps jaune”) qui va commencer à produire de la progestérone pour faciliter la maturation de l’utérus. L’organisme attend maintenant que l’ovule fécondé voyage jusqu’aux trompes de Fallope et grossisse suffisamment pour se fixer à la paroi utérine, ce qui peut prendre plusieurs jours.


À environ 21 jours de cycle, la production de progestérone commence à diminuer. Lorsque les niveaux de progestérone et d’oestrogènes deviennent trop bas, la paroi de l’utérus se dégrade et entraîne des saignements : ce sont les règles, qui marquent le début d’un nouveau cycle menstruel.



Les ressentis possibles :


Le Syndrome Prémenstruel (SPM) peut survenir pendant la phase lutéale pour environ 80 % des femmes (à des degrés variables). Il peut entraîner divers symptômes tels que des maux de tête, des ballonnements, des douleurs articulaires ou encore des troubles de l’humeur. L’acné hormonale peut également s’aggraver lors de cette phase, en raison du manque de progestérone.




BIBLIOGRAPHIE :




0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comments

Rated 0 out of 5 stars.
No ratings yet

Add a rating
bottom of page